[CONCERT] Les Breastfeeders et Cuff the Duke au Capital Complex : 400 miles à l’est

Les Breastfeeders — Photo : 500khz

Au Canada anglais, la scène musicale montréalaise possède ses disciples. Les dernières tournées de Plants & Animals et Wolf Parade, dans les maritimes, en témoignent. Toutefois, les groupes francophones se limitent trop souvent à des arrêts à Moncton, la région urbaine bilingual du coin. La popularité de Radio Radio, Karkwa ou Malajube démontre qu’il est possible de transcender la curiosité linguistique de la musique indé. C’est donc avec beaucoup d’appréhension que j’attendais la visite des Breastfeeders, en première partie de Cuff the Duke, au Capital Complex, le 12 avril. Réalité régionale oblige, on passe notre temps à écouter ces groupes, dont la réputation scénique est basée sur des vidéos amateurs. Les Breastfeeders, sur scène, dans ma cour arrière? Oui, merci.

Les Breastfeeders — Photo : 500khz

À l’occasion de leur premier passage dans les maritimes, Les Breastfeeders s’arrêtaient dans la capitale du Nouveau-Brunswick, devant une foule trop peu nombreuse et plutôt gênée, ce qui ne les a pas empêchés d’être fidèles à leur réputation. Maîtrisant l’énergie du rock’n’roll, le groupe a frappé fort pour sa première visite : riffs de guitare puissants, présence scénique haute en couleur, harmonies vocales à profusion. Pour ma part, j’étais surtout très heureux de redécouvrir « 400 miles », « Minijupe et watusi » et « J’pourrais pas vivre avec toi » sur scène. Trop tôt, trop court pour la formation qui donnait un de ses premiers concerts depuis le départ de Sunny Duval. Qu’importe, Luc Brien a terminé cette performance avec panache : « We are The Breastfeeders, we’re from Marseille ». Mentionnons au passage l’affection de Johnny Maldoror pour la fourrure d’ours, accrochée sur le mur de la scène, lui donnant son heure de gloire (ardemment méritée), en lui prêtant son tambourine.

Cuff the Duke — Photo : 500khz

Cuff the Duke se livrait devant une foule livrée à l’avance à son alt-country. Le groupe ontarien qui venait tout juste de lancer un maxi de reprises s’est présenté avec aisance, lors d’une performance solide et sans grandes failles. Puisant surtout dans leur dernier album, « Morning Comes », la formation a même réussi à soutirer quelques sing-alongs aux gens présents. Si Cuff the Duke était trop beau et trop propre pour suivre Les Breastfeeders, les membres possèdent une grande musicalité qui ne dépasse pas toutefois l’étiquette canadiana. Heureusement, en spectacle, la twang passe toujours bien.

Cuff the Duke — Photo : 500khz

Les Breastfeeders : http://www.lesbreastfeeders.ca/
Cuff the Duke : http://cufftheduke.ca/

About these ads

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :