Eliza and The Strange – Éponyme

Pour Eliza and The Strange, ce premier album n’est pas l’aboutissement d’années de préparatifs. En fait, au moment de la rédaction de cette critique, la formation cumulait une dizaine de spectacles, exclusivement dans leur Halifax natal. Dans ce cas-ci, le lancement du disque éponyme incarne le début d’une aventure, alors que le quatuor plonge tête première dans une tournée canadienne d’une vingtaine de dates. Gageons que la route sera une expérience bien plus bénéfique que l’enregistrement d’un premier album. En s’attaquant au Hard Rock aux influences blues et 60′s, la scène est un outil qui façonne la manière d’approcher les arrangements, les sonorités des instruments et l’interprétation.

Le potentiel d’Eliza and The Strange est palpable, mais il manque ce bagage scénique pour permettre à la formation de passer au prochain niveau. Le groupe assume qu’il ne réinvente aucunement le Hard Rock à la Zeppelin, malgré l’ajout de la chanteuse Eliza White au produit. Elle possède une bonne voix et livre une interprétation riche et ténébreuse, même si elle devrait tenter de pousser son chant un peu plus loin, de manière moins linéaire, afin d’ajouter une intensité supplémentaire. White a ce qu’il faut pour jouer ailleurs de sa zone de confort et les chansons en bénéficieraient. La section rythmique laisse entrevoir de belles choses, mais le son choisi pour saturer la basse ne supporte ni les mélodies, ni l’ambiance générale de l’album. Heureusement, les quatre membres sont plutôt adroits et ne tentent pas d’occuper tout l’espace.

L’expérience scénique et une meilleure réalisation seront utiles pour ce groupe. Avec un talent évident pour le Hard Rock, ce désir d’explorer le jeu des dynamiques musicales et une passion pour les classiques du Blues Rock lourd et planant, Eliza and The Strange pourra prendre sa place dans les prochaines années. Malgré le manque d’intensité et l’absence de force de frappe, il faut leur laisser le temps nécessaire pour trouver et définir leur son. La pièce finale « They’ve Got Secrets » est d’ailleurs révélatrice du potentiel de la formation, où la dynamique se fait sentir, entre la guitare slide sudiste des couplets et la section rythmique qui installe bien sa lourdeur.

Site officiel : http://www.elizaandthestrange.com/

About these ads

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s