Islands – A Sleep & A Forgetting

Selon le regard que l’on en porte, Islands pourrait être l’ultime représentation d’un groupe sans véritable ligne directrice. Les origines montréalaises sont indéniables, mais leur domicile semble être continuellement en transit, entre la côte est et ouest Nord-Américaine. Les déménagements, quoique difficiles à suivre, sont tout de même évidents; Islands, c’est avant tout le projet de Nicholas Thorburn, seul membre constant de la formation, depuis la création de cette île en 2005. En fait, c’est à se demander si tous les déménagements, remaniements de personnels et les quatre albums ne seraient pas le résultat d’improvisation de la part de Thorburn.

Si le commun des mortels serait ralentit par cette manière de faire les choses, dans ce cas-ci, on peut accuser le hasard de sembler bien faire les choses. Pour le quatrième album de Islands, Thorburn explore les relations amoureuses sous un fond musical romantique. Cela assure à "A Sleep & A Forgetting" un côté très personnel, assumé sans trop de difficultés, malgré une livraison inégale. Les mélodies pop tropicales et soul, encadrée dans l’univers déjanté des Islands, sont savoureuses et mémorables. En fait, cet exercice force Islands à une plus grande concision et à plus de cohérence. Pourtant, la grande quête de la contradiction est toujours présente, la musique incarnant la chaleur et les paroles le froid. Si la première partie évoque le doute, la deuxième moitié est celle de la peine d’amour.

Là n’est pas la grande qualité de "A Sleep & A Forgetting". On a maintenant cette impression que le groupe sait comment canaliser sa folie, sans perdre inutilement l’auditeur. Cette sobriété fait grandement de bien à Islands, malgré le grand clivage entre ses influences soul et ses escapades plus folk. S’il n’est pas toujours crédible dans son rôle de romantique abandonné, Nicholas Torburn demeure une des belles plumes de la pop indé. "A Sleep & Forgetting" devient pertinent quand le groupe fait de superbes pièces entraînantes; "Never Go Solo", critique savoureuse sur ce qui entoure Islands, "Hallways", Motown et irrésistible ou "Can’t feel my face" et ses influences 60′s et psychédélique.

"A Sleep & A Forgetting", disponible via Anti Records, le 14 février.

Site officiel: http://islandsareforever.com/

About these ads

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s