Kevin McIntyre – Dragon Mécanique

En Acadie, Kevin McIntyre est dans une classe à part. Il fait partie d’un rare groupe d’artistes qui mettent de côté les couleurs régionales au profit d’un propos universel. S’il n’est pas issu de la tradition de chansonniers, son parcours musical l’a amené à tâter un tout autre univers, celui de la scène indé anglophone au sein du groupe Test Tone Channel dans les années 2000. Son premier album solo, « Le monde est truqué », paru en 2008, marquait un retour vers sa langue maternelle et laissait entrevoir de superbes choses, malgré un manque de profondeur évident et l’absence d’unicité de morceaux en morceaux. Tout de même, « Points de lumière », « Le robot-roi » et « La panique » font partie des meilleures chansons de la nouvelle Acadie. Quatre ans plus tard, McIntyre revient à l’avant-plan avec « Dragon Mécanique », témoin du parcours effectué depuis « Le monde est truqué ».

Dès le départ, les défauts du premier album sont mis de côté au profit d’une grande cohérence mélodique et lyrique. Kevin McIntyre a trouvé sa zone de confort et il s’y amuse. « Dragon Mécanique » est un gigantesque terrain de jeu pour le multi-instrumentiste, qui a réussi à ajouter une bonne dose de profondeur et d’ambiances, absente dans le passé. Plus rock, McIntyre incorpore des influences et des sons électro ce qui arrondit ses chansons. Tout est plus concis, même si une belle place fut laissée de refrains en couplets, afin de permettre aux chansons plus maximalistes de respirer. L’évolution est également palpable dans son propos, plus précis et mieux découpé. « Dragon Mécanique » est un agencement de subtilités grâce à l’utilisation des guitares saturées et des synthétiseurs, bien à l’avant.

Ce qui étonne, c’est à quel point Kevin McIntyre aligne les excellentes chansons les unes après les autres: « Cerveau de bois », « Triste et heureux », « Courtepointe », « Montagnes Russes » ou « Larmes de Saint-Laurent », tous de superbes pièces pop. Avec une grande cohérence mélodique et plus de confiance dans son interprétation, il se permet d’ajouter de toutes les couleurs dans ses compositions: le rock lourd urgent de « Dissonance Passagère », le folk jazzé de « Libellule » ou « Montagnes Russes », planante et mémorable.

« Dragon Mécanique » est un incontournable pour les amateurs de la nouvelle chanson francophone. Les dix chansons possèdent un grand potentiel radiophonique, tout en solidifiant les assises de la pop indé de McIntyre. En plus d’avoir trouvé un son distinct, il le définit et le raffine. Ce disque intemporel et universel ne laisse pas d’espace aux failles tant il est complet du début à la fin. « Dragon Mécanique » est mon disque acadien préféré des dernières années.

Site officiel: http://www.kevinmcintyre.ca

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s