Oh No! Yoko – Pau Pau

Vous souvenez vous des sages paroles du leader de Arcade Fire, Win Butler, lorsqu’il est monté sur scène pour recevoir le prix Polaris 2011. Le chanteur lançait une invitation bien précise aux jeunes qui font de la musique: il espère que des groupes prendront la prochaine décennie pour parfaire leurs aptitudes et créer un disque encore meilleur que "The Suburbs". On a raison de croire que cela pourrait arriver si on regarde ce qui sort des sous-sol des banlieues canadiennes. Curieusement, ces groupes semblent pas mal plus solide que ce qui se faisait à mon époque.

Car oui, malgré ma mi-vingtaine, j’ai l’impression d’être à des années-lumières des adolescents en matière de création musicale. Faut dire que pendant mon passage au secondaire, le concept de musique alternative se limitait principalement au métissage Slayer, NOFX et Streetlight Manifesto. Ce n’est pas étonnant que l’émergence des Arcade Fire, Wolf Parade et Buck 65 aura été ô combien essentielle dans mon apprentissage musical. Aujourd’hui, le principal référent de cette génération post-Pokémon n’est pas basé uniquement sur Sloan et les Pixies.

C’est ce qu’on observe chez Oh No! Yoko, trio originaire d’Abbotsford, en Colombie-Britannique . Les quelques années qui diffèrent nos anniversaires semblent bien bénéfiques. C’est là que le (genre de) coup de vieux me fouette en pleine face. "Pau Pau" est leur premier EP et on a l’impression d’entendre du Vampire Weeknd, en plus énergétique et avec une musicalité bien relevée. Il n’y a pas d’exagération dans cette affirmation. Les trois membres sont exubérants, comme ils savent s’exprimer avec pas mal d’efficacité. "90s Kids" en témoigne bien; malgré toutes les références absurdes à leur enfance, Oh No! Yoko laisse ses instincts pop assurer une superbe cohésion, au-delà de la Coupe Champignon et aux jeans amples.

Pourtant, nul besoin de chercher bien loin pour comprendre ce qui fait la force de Oh No! Yoko. Le groupe a des influences pop-punk bien apparentes dans sa livraison. Cette insolence dégage tout de même un désir de tenter des choses différentes, se rapprochant de leur inspiration première, la pop indé. La maturité musicale de Oh No! Yoko est impressionnante, pour ne pas dire étonnante.

Les sept chansons de "Pau Pau" sont pleines de promesses et de potentiel. Au bout de l’écoute, il faut se rendre à l’évidence, les membres de Oh No! Yoko utilisent leur manque d’expérience comme un outil pour faire de l’excellente pop indé. Contrairement aux autres groupes de leur âge, ils allient professionnalisme et insolence à la quasi-perfection. Encore plus surprenant, la justesse et l’énergie derrière le songwriting et de la réalisation. Oh No! Yoko! démontrent qu’ils ont la volonté d’obtenir le titre de surdoués de la musique pop. C’est plutôt bien parti.

"Pau Pau", disponible depuis le 21 juin 2011 sur la page Bandcamp du groupe.

Site officiel: http://www.ohnoyoko.com/
Page Bandcamp: http://ohnoyoko.bandcamp.com

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s