Phil Flowers – People People

La réalité des scènes musicales indépendantes diffère tellement entre les grands centres urbains et les régions. Pour la musique alternative, la région ce n’est pas nécessairement la campagne, mais la plupart des villes canadiennes. J’inscris Moncton dans cette catégorie. Pendant quelques années, cette région a été la capitale du métal et du punk rock. Les trucs intéressants n’obtenaient pas l’attention et la visibilité méritée. Depuis mon départ de la ville, j’ai parfois l’impression que la scène s’essouffle. Je crois parfois que Fredericton et Halifax détiennent le monopole en matière de musique indé. Avec son premier album solo, « People People », le monctonien Phil Flowers me rappelle le contraire. Du début à la fin, ce produit réunit les meilleurs éléments de la région.

Si son disque est paru en 2010, c’est cet automne qu’il a obtenu le plus d’intérêt avec trois prix Musique NB. Ce disque mérite ces éloges. La base de Phil Flowers est folk, avec beaucoup de sonorités americana. Dans son interprétation et sa manière d’approcher l’écriture de textes, il retient plutôt du punk rock. Les musiciens qui accompagnent l’auteur-compositeur-interprète semblent avoir leur influence sur cet aspect; ils soutiennent solidement les chansons sans dénaturer l’idée principale de Phil Flowers. Les deux univers se côtoient parfaitement.

Quand Phil Flowers s’aventure en terrain jazz sur « Torpedoes », cela est fait avec authenticité. C’est la même chose avec le morceau le plus lourd du disque, « Desert Walk »; les chansons ont un impact direct. Il définit lui-même le son qu’il veut se donner de morceau en morceau tout en conservant une ligne directrice qui permet de garder beaucoup de cohérences entre les pièces rock et les instants seuls à la guitare acoustique.

Ce qui distingue Phil Flowers des autres auteurs-compositeurs-interprètes, c’est qu’il maîtrise l’art de l’écriture de chansons. Il fait preuve de retenue et de concision dans ses mélodies et dans ses textes. Au lieu d’ajouter inutilement des ponts et des liens, il se concentre plutôt à bien remplir ses musiques de paroles. Les refrains de « People People » sont moins mémorables que l’écriture métaphorique, imagée et à double sens. En enchaînement les mots comme il le fait, Phil Flowers peut dérouler ses idées de manière précise.

« People People » est un des meilleurs disques à être sorti de la région de Moncton récemment. Ça faisait un bail qu’un album de ce coin était aussi achevé et intelligent.

Page Bandcamp: http://philflowers.bandcamp.com/

About these ads

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s