Kathryn Calder – Bright and Vivid

Les choses vont vite pour Kathryn Calder. En 2010, elle lance son premier album solo, inspiré du décès de sa mère. The New Pornographers, groupe auquel Calder participe comme membre à part entière, sort un quatrième album, « Together ». Pendant ce temps, le trio Immaculate Machine, son premier groupe, se sépare après huit ans d’existence. Inutile de le dire, la chanteuse originaire de Victoria et Colombie-Britannique a connue pas mal plus de hauts et de bas qu’une personne ordinaire. Après autant d’émotions contradictoires, il n’est pas étonnant de la retrouver aussi rapidement avec du nouveau matériel.

Ce nouveau matériel, c’est « Bright and Vivid », un deuxième album solo contenant dix chansons éclatantes et expressives. On nous avait dit de ne pas se faire d’attente quant au nouvel album de Kathryn Calder. C’est plutôt difficile si on pense à la pop auquel elle nous a habitué avec ses groupes ou en solo. Pourtant, dès le départ de « Bright and Vivid », il y a quelque chose de déroutant dans la façon d’approcher la chanson indé. La mélodie de « One, Two, Three » se trouve derrière un chaos ambiant, parmi le bruitage et les effets. Belle consistance sur ce premier morceau qui n’a pas grand-chose de pop à part la relation entre le couplet et le refrain. La suite est étonnante et ramène dans en terrain connu avec « Who are you? », fond électro, arrangements éclatés et interprétation irrésistible. Les morceaux suivants sont un enchaînement sans failles, à mi-chemin entre indie pop et art rock.

« Bright and Vivid » c’est avant-tout l’expérimentation d’une artiste qui tente de faire de la pop autrement, de garder l’hameçon sans y mettre un ver. Ça fonctionne, les dix chansons dans leur ensemble sont conçues pour qu’on aille envie des ré-écouter de nouveau afin de saisir l’ensemble des subtilités de Kathryn Calder. Une fois qu’on passe par-dessus les mélodies apparentes, il y a tout un panorama vaste de sons, d’harmonies, d’intentions.

Calder démontre qu’elle n’a aucune difficulté à tenir son morceau et qu’on peut cesser d’utiliser Immaculate Machine et The New Pornagraphers pour la présenter.

Site officiel: http://kathryncalder.ca/

About these ads

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s