[CONCERT] Pre-pop(ped) jour 7 – Jennifer Castle et Chad VanGaalen

Laissez passer, jour 1 - Photo: 500 khz

Septième et dernier jour de la première édition du Pre-pop(ped). Je me suis absenté le sixième soir pendant qu’Ohbijou et Snailhouse faisaient vibrer le Capital afin d’assister au tout premier match à domicile des Capital City Rollers, la ligue de Roller Derby de la région. C’est avec grand plaisir que j’ai troqué les patins à roulettes pour les bouchons d’oreille en me retrouvant entre les murs du Capital pour la clôture du festival. J’ai rarement été en aussi bonne compagnie à cet endroit avec Jennifer Castle et Chad VanGaalen. Comme finalité on ne pouvait demander mieux.

Pour la première fois du Pre-pop(ped), un spectacle était à guichet fermé, ce qui est plutôt surprenant lorsqu’on considère que Chad VanGaalen n’est pas l’artiste le plus populaire ni le plus accessible qui ait participé au festival. En fin d’après-midi, il ne restait plus de billets. Bien que ce soit son seul spectacle dans la province, on est en droit de se demander si le bouche à oreille des derniers jours n’a pas fini par attirer des curieux dans le bar. Au pire, ma théorie sur l’impact populaire des prix Polaris tient la route. J’ai hâte de voir si les gens vont répondre à l’appel le jour où on annoncera un spectacle de Colin Stetson, saxophoniste jazz avant-gardiste, en nomination sur la courte liste des prix Polaris, édition 2011.

Avant cette année, Jennifer Castle se présentait sous le pseudonyme "Castlemusic", dont j’ai toujours été un amateur. Elle a récupéré son vrai nom et elle a lancé un disque baptisé par son ancien surnom. Plusieurs observateurs étaient rivés autour de la scène afin de découvrir son matériel. Armé d’une guitare électrique, elle a offert une performance folk très recherchée et remplie d’assurance. Peu d’interaction avec la foule qui bien qu’attentive, ne voulait qu’entendre la tête d’affiche. Castle de son côté a toujours été plutôt dans l’ombre. Elle maîtrise bien ses chansons qu’elle amène sur scène avec beaucoup de confiance et une aisance unique malgré le fait qu’elle se donne en concert sans musiciens d’accompagnements. Jennifer Castle demeure sous-estimé et c’est bien dommage, car elle est une incontournable de la musique indépendante canadienne.

Chad VanGaalen est monté sur scène et a offert la prestation la plus bruyante du festival. En guise d’introduction, l’amateur d’enregistrements maison et son groupe se sont permis de s’amuser avec des réactions sonores et pas mal d’Effet Larsen pendant quelques minutes avant d’enchaîner avec le spectacle. VanGaalen présentait sa contradiction musicale appréciée de ses amateurs. Il passe de ses chansons folks à ses morceaux grunge, même punk par endroit sans se soucier d’unicité entre les pièces. Pas très surprenant si on considère la formule musicale utilisée: deux guitares, une guitare baritone et une batterie.

Avec une discographie composée d’une dizaine de parutions, il peut se permettre de surprendre avec le choix des morceaux, un très beau luxe selon moi. Il s’est limité dans les chansons extraites de "Soft Airplane" à mon plus grand bonheur. Son plus récent album, "Diaper Island", n’a pas occupé la majorité du spectacle même si on a eu droit à "Sara", une des plus belles chansons d’amour écrites.

Il n’y a pas de doute, avec Chad VanGaalen, la majorité de la magie se passe en studio. En spectacle, la performance était parfois décousue, alors qu’il tentait de se rappeler des accords de certaines chansons, sans trop savoir où il allait. Cela peut sembler étonnant, mais on s’y attendait presque. On souhaitait toutefois un peu plus d’interaction avec la foule qui n’a pas eu droit à d’interventions de la part du chanteur. J’ai bien apprécié la visite de Chad VanGaalen, mais il est à son meilleur derrière une console d’enregistrement et non devant un attroupement. On ne peut qu’apprécier cela, plus personne n’apprécie travailler en studio.

Le Halifax Pop Explosion est terminé. Quelques groupes se promènent encore un peu dans la région puis l’hiver canadien va permettre aux musiciens de s’enfermer en studio pour enregistrer du nouveau matériel. La première édition du Pre-pop(ped) fut concluante. Bravo aux organisateurs. Le Nouveau-Brunswick a maintenant son festival de musique indépendante. Peu de villes peuvent se vanter d’avoir un symposium de cette envergure.

Laissez passer, jour 7 - Photo: 500 khz

Jennifer Castle: http://www.flemisheye.com/jennifer-castle
Chad VanGaalen: http://www.flemisheye.com/chad-vangaalen

About these ads

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s