[CONCERT] Pre-pop(ped) soirée 1 – Born Gold et Braids

Braids - Photo: 500khz

Selon la description des organisateurs, la première édition du festival « Pre-pop(ped) » à Fredericton est née d’un besoin. À chaque automne, le meilleur de la scène indé canadienne se dirige vers Halifax dans le cadre du Halifax Pop Explosion, un des évènements incontournables en matière de nouvelles musiques. Halifax étant loin des autres grandes villes canadiennes, il s’agit d’un beau défi logistique pour transporter et accommoder tous les artistes et les délégués. Les groupes qui font le trajet en avion font l’aller-retour en vingt-quatre heures sans sortir de la capitale néo-écossaise. Par contre, certains artistes se tapent le trajet en fourgonnette ou même parfois, en autobus voyageur. Pour eux, le temps et le coût de déplacement jusqu’à Halifax n’en vaut pas la peine. Ils rentabilisent donc ce voyage avec une tournée d’un bout à l’autre des maritimes. Que ce soit à Fredericton, St John’s, Charlottetown, Sydney, ce moment de l’année est celui qui est le plus rempli de musique.

À Fredericton, le Capital Complex, la brasserie Picaroons et Sonic Concerts ont donc pris l’initiative de regrouper cette semaine de spectacles sous un festival, le « Pre-pop(ped) », qui accueille les artistes avant et après leur passage à Halifax. C’est une quinzaine d’artistes qui prendront part aux festivités officielles. Plusieurs groupes et artistes seront en concert dans la région au même moment.

Inutile de le préciser; le Capital est le haut lieu de la culture indépendante à Fredericton. J’y ai vu de tout et c’est l’endroit où faire des découvertes musicales et des rencontres avec des gens qui partagent la même passion pour la musique. Le Capital et ses employés ont une excellente réputation au niveau national, alors que des musiciens de partout m’en parlent régulièrement.

Lundi le 17 octobre avait lieu le lancement du festival avec les montréalais de Braids et le trio albertain Born Gold. Le duo américain Pepper Rabbit devait originalement être le groupe d’ouverture mais, tradition underground oblige, une fourgonnette devait lâcher pendant cette tournée.

Le trio albertain Born Gold vous dit sûrement quelque chose si on vous parle d’eux avec leur ancien nom, Gobble Gobble. Le changement de nom est récent, tout comme la sortie de leur premier album, « Bodysongs », disponible en vinyle et en téléchargement libre.

Born Gold a mis la barre très haute pour ce festival; ils présentent un spectacle original à mi-chemin entre les arts de la rue et l’esthétique psychédélique, sous un fond sonore dance et électro-pop. Le leader est responsable des chants et de bidouiller avec les machines. Pendant ce temps, les deux autres membres, les Dupont et Dupond de l’électro se promènent parmi la foule, vêtu de camisoles et des shorts les plus courtes jamais porté dans un bar de la région.

Aucune excentricité ne semble trop grosse pour Born Gold: échasses, fantômes gonflables, percussions de fortunes avec des pelles et des casques de hockey, chorégraphies, synthétiseurs montés sur une pelle et effets, effets avec une larme d’effets. Grâce aux stroboscopes et à l’irrésistible électro du groupe, la foule était séduite. Born Gold joue énormément avec l’aspect visuel des rythmes tant en lumière qu’avec un côté théâtral à la fois futuriste et sobre. Un groupe enthousiaste, pour lequel le Cirque du Soleil devrait monter un spectacle.

Braids - Photo: 500khz

Les montréalais de Braids jouaient devant une foule conquise à l’avance. J’ai rarement vu des spectateurs s’intéresser autant à la balance de son d’un groupe. Une présence sur la courte liste des prix Polaris apporte une très belle visibilité aux artistes choisis et il n’est pas étonnant de retrouver autant de curieux que d’amateurs de musique planante. Le groupe a joué la majorité des morceaux de « Native Speaker » mais a aussi improvisé certaines transitions. Nous avons pu également entendre de nouvelles chansons, un peu plus expérimentales, mais toujours fidèle au groupe.

L’art rock de Braids fonctionne pleinement en spectacle, même dans le contexte bruyant d’un bar. Le groupe est tellement impressionnant sur disque que je doutais de sa capacité à reproduire « Native Speaker » sur scène. Au contraire, tout fut recréé devant nous, de manière méthodique. L’expérience sensorielle du quatuor est cérébrale et abstraite. Bien que le groupe ne soit pas le plus énergétique, la qualité de l’interprétation est si exceptionnelle qu’on se laisse emporter par les mélodies et par les progressions du groupe. Tous les effets, les échos, les distorsions et les répétitions semblent être le cinquième membre de l’ensemble. Braids est une formation en plein contrôle de son univers musical et fait partie des groupes les plus créatifs du moment. Tout semblait naturel et organique même si l’univers de Braids est plutôt complexe et pas très accessible.

Une soirée d’ouverture réussie au Pre-pop(ped). Ça se poursuit jusqu’à dimanche avec notamment Shotgun Jimmie, The Darcys, Plants & Animals, Library Voices, Graham Wright (de Tokyo Police Club), Ohbijou, Bruce Peninsula, Chad VanGaalen et un tas d’autres artistes.

Programmation: http://thecapitalcomplex.com/prepopweb/index%28temp%29.html
Born Gold: http://borngold.us/
Le premier album de Born Gold en téléchargement libre: http://borngold.us/bodysongs.html
Braids: http://www.braidsmusic.com/

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s