Arkells – Michigan Left

Les hamiltoniens du groupe Arkells, orchestre rock, présentent ces jours-ci leur deuxième album complet, « Michigan Left ». Le groupe a accompli pas mal de choses en cinq ans d’existence: un EP et un premier disque, « Jackson Square » sur l’étiquette « Dine Alone Records », plusieurs prix dont un Juno et une première partie du super-groupe Them Crooked Vultures. La prochaine étape dans l’essor du groupe c’est la signature avec un gros joueur de l’industrie musicale canadienne, « Universal Music Canada » et ce deuxième long jeu, « Michigan Left », en magasin dès le 18 octobre.

Je fait partie des fans de la première heure, le groupe m’ayant intéressé avec son mélange de rock indé, de musique soul et de « heartland rock », me rappelant The Constantines, Bruce Springsteen et parfois Curtis Mayfield. De plus, l’enregistrement de « Jackson Square » était plutôt brute tandis que l’écriture du groupe accrochait avec son dynamisme. C’était donc un produit très authentique qui apportait un mélange des genres très intéressants.

Est-ce qu’il y a des attentes pour ce deuxième disque des Arkells et pour cette première publication sur une grosse maison de disque? Oui. Est-ce que les cinq ontariens répondent aux attentes. Après avoir écouté le disque à plusieurs reprises, oui.

Sans grandes surprise, le groupe a lissé le son et misé sur des compositions moins originales, mais qui se situent encore dans le créneau auquel ils nous ont habitué. Arkells donne l’impression qu’ils passent à autres choses d’eux mêmes et qu’ils tentent d’autres façons de faire leur musique.

Les voix sont encore bien ajustées et on note une grande amélioration du côté des arrangements. « Book Club », « Agent Zero », « Bloodlines » et « On Paper » en sont la preuve. J’ai toujours aimé le fait que le groupe n’hésite pas à placer certains éléments un peu partout. Même si ça ne semble pas fonctionner individuellement, ça fonctionne dans l’ensemble de la chanson et du disque. Cela fait en sorte qu’en général tout s’enchaîne très bien. Même si Arkells fait plutôt dans le « heartland rock » sur ce disque, c’est parce que les autres influences sont moins apparentes.

Le premier extrait de « Michigan Left », « Whistleblower » a un succès un peu plus important que celui de « Oh, the Boss is Coming! ». Cela semble normal étant donné que ces deux morceaux abordent le côté rock alternatif d’Arkells. J’ai hâte de voir le succès qu’ils vont obtenir avec leur matériel plus pop; le groupe a maintenant la capacité d’aller chercher de nouveaux fans.

Site officiel: http://www.arkells.ca

About these ads

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s